Fouinons dans les rayons du libraire

Albums →
Livres →
Albums
 1. Le Maître des estampes →
 2. Le roi sans terre →
 3. Soeurs et frères →
 4. Du rouge papou au vert de rage →
 
 - Le Maître des estampes  Dedieu - Ed. Le Seuil jeunes
 Un mandarin, personnage très riche, commande un dessin à un artiste. Qui consent, à deux conditions : un délai de six mois et une somme rondelette. Le temps passe. Le jour arrie où l'artiste montre son travail : il déroule un papier de riz vierge, et devant le mandarin, d'un seul geste, d'une seule inspiration, d'un trait de pinceau, trace une oeuvre absolue. La belle histoire que voilà...
                                                                              Martine LAVAL (Télérama)
- Le roi sans terre Marie-Sabien Roger et Sylvie Serprix - Ed. Casterman (dès 6 ans)

Album rarissime : ce Roi sans terre a l'étoffe d'une fable qui d'emblée est à ranger aux côtés des classiques, contes et légendes défiant le temps et les modes. A l'écriture : Maire-Sabine Roger. Plus aérienne que jamais, l'écrivain qui a déjà signé plus d'une centaine de livres jeunesse ou non, crée un univers romantique, réinvente une poésie à la source même de la vie. Ses phrases en volute voyagent au rythme d'une errance, celle d'un homme condamné à la solitude.Figure universelle du nomadisme, son personnage arpente le monde à la recherche d'une terre, d'un lieu où se poser, où vivre et « rester à se souvenir, à feuilleter page après page le grand livre de ses voyages. » L'homme, depuis son enfance, s'enrichit des pays traversés, amasse en lui les merveilles du monde : « Il allait des déserts aux plaines cultivées, des vallées encaissées aux rivages immenses. » Humble parmi les humbles, l'homme à la tête couronnée car, selon Marie-Sabine Roger, « chaque homme est roi dans son propre pays ». Les images de Sylvie Serprix accompagnent cette quête d'humanité de couleurs profondes et chaudes. Paysages et portraits, les ailleurs comme les gens éclatent de tendresse et de sérénité. Auteur et illustratrice donnent à ce Roi sans terre une dimension universelle, intemporelle.
                                                                                Martine LAVAL (Télérama)

- Sœurs et frères  Claude Ponti - Ed. l'Ecole des loisirs (dès 5 ans)
C'est une évidence : « Les sœurs et les frères, si on les adôôôre, restens sœurs et frères pour toujours et pour toute la vie. De même si on les déteste, les sœurs et les frères forment un groupe qu'on appelle la sorofrèrerie. » Pas de doute, nous sommes nous sommes dans le nouvel album de Claude Ponti. Délicatesse des phrases, mots chantournés et illustrations « pontiennes » en diable. Claude Ponti nous raconte le quoi, le qui et le qu'est-ce, car un frère, une sœur, c'est bien plus compliqué que tout ce qu'on l'on pourrait croire. Il nous fait le catalogue des uns et des unes, parfois demi ou quart, à sa façon, espiègle, détournée, drôle. Le cercle de la famille s'agrandit, avec des énergumènes ou des gentils. C'est toujours pour de faux ou pour de vrai, c'est à dire : pour rire.
                                                                                 Martine LAVAL (Télérama)
- Du rouge papou au vert de rage, vingt histoires de couleurs Olivier Besson - Ed. Thierry Magier (dès 5 ans)
Faire parler les couleurs, du rougeinfernal au jaune sournois, de l'orange pas mécanique au noir corbeau. Olivier Besson, illustrateur-graveur, imagine, à partir de sa palette intime, une sorte d'autoportrait. Chaque couleur le ramène à des souvenirs, des impressions. Page de gauche, quelques phrase chaloupées. Page de droite, plein zoom sur des images-animaux, villes, et l'artiste lui-même (!). Mais gare ! Les couleurs sont fragiles, éphémères et parfois trompeuses : « Bleu-vert incertain. Dans cette partie du monde, la mer prend une teinte étrange, incertaine. A bord du petit cargo, aucun marin ne s'accorde sur la couleur des flots : bleus ou verts ? Et le bateau avance, roule et tangue sur cette mer de l'incertitude.
 

Pour revenir en haut de page  

Livres

1. La princesse parfaite →

2. Princes et princesses du Louvre →

3. Blanche-Neige →

4. Ker-is, la légende de la ville au milieu des flots →

5. Baby faces →

 

- La princesse parfaite

 Frédéric Kessler et Valérie Dumas - Ed. Thierry Magnier. (dès 5 ans)

  Un millier de fées accourent à la naissance d'une princesse. L'une voudrait lui offrir le don de « nommer les désirs afin de [pouvoir] choisir ce qui convient pour sa vie », mais le roi préfère qu'une autre rende sa fille parfaite. Quinze ans plus tard, Princesse-Perfection veut plaire à tout le monde, et n'arrive pas à décider pour elle-même. Avant de mourir, sa mère l'incite à changer de marraine... et de don. Le texte est doucement ironique, le graphisme plein de rondeurs et de cocasserie, et, pour une fois la princesse est brune.
                                                                              Sophie Bourdais (Télérama)

- Princes et princesses du Louvre

Frédéric Morvan et Louise Heugel - Ed. Actes Sud/Junior/Louvre éditions. (dès 7 ans)

« Dans la réalité, la condition des fils et filles de roi est souvent terrible », nous prévient ce bel album documentaire. De Nin-Alla, princesse et prêtresse sumérienne, à l'Aiglon, fils de Napoléon Bonaparte et de Marie-Louise, dix-huit destins parfois paisibles, souvent brefs et tragiques, nous sont relatés à la première personne. Hébergés au Louvre, sous forme de bas-reliefs, de statue et de tableaux, ces personnages princiers furent rarement heureux et n'eurent pas toujours le temps d'avoir des enfants.
                                                                               Sophie Bourdais (Télérama)

- Blanche-Neige

de Benjamin Lacombe, d'après Jacob et Wilhem Grimm - Ed. Milan Jeunesse (dès 4 ans)

Le conte est connu, mais cette relecture picturale coupe le souffle par sa splendeur et sa gravité.Imprimées sur du papier gaufré, ses illustrations sont autant de tableaux, oniriques et intrigants, qui jouent avec les symboles du récit canonique, la pâleur des visages, l'incarnat de la pomme,le noir et blanc des scènes forestières. Marâtre au corps de paon, manteau d'animaux vivants, corset-cage... Les visions s'enchaînent. A noter, la parution au Seuil d'un album pop-up, il était une fois, où Benjamin revisite d'autres contes.
                                                                                Sophie Bourdais (Télérama)

- Ker-Is, la légende de la ville au milieu des flots

de Jean-Pierre Kerloc'h et Jérémy Monceaux - Ed. Albin Michel Jeunesses (dès 7 ans)

Belle version de la légende bretonne d'Is, la ville merveilleuse, et de sa fière et rebelle fondatrice, la princesse Dahud, « libre et changeante comme la mer ». Plutôt qu'un conte moral, avec punition finale divinement justifiée, Jean-Pierre Kerloc'h en tire une ode à la liberté et à la joie de vivre intensément. L'air du large souffle dans les peintures de Jérémy Monceaux, qui illustre ici son premier album jeunesse.
                                                                                 Sophie Bourdais (Télérama)

- Baby faces

Marie Despechin - Ed. L'Ecole des Loisirs (dès 9 ans)

Dans ce quartier de banlieue; coupé en deux par l'autoroute, il y a une passerelle que Nejma et Raja empruntent matin et soir, pour aller à l'école et en revenir. Vitale pour le quartier, cette passerelle est aussi la métaphore de cette histoire entre chien et loup, violence et tendresse, fatalité sociale et espoir malgé tout. Nejma, personne ne l'aime pas à part Raja, son voisin, et Isodore, le vigile du supermarché où elle traîne, après la classe, en attendant sa mère. Plutôt moche, nulle en classe, abressive avec tout le monde, elle s'est résignée à son sort, et quand un drame survient à l'école, chacun trouve naturel qu'elle soit immédiatement accusée. Sûre que personne ne l'entendra, elle s'enferme dans le silence et s'enfuit... L'histoire touche, amuse, interroge. Marie Desplechin traque les détails, toujours juste et à bonne distance.Elle éveille sans tenir la main, suggère sans démoraliser, avec ce sens du protrait-revolver, cet humour piquant, cette humanité espiègle qui n'appartiennent qu'à elle.
                                                                                    Michel Abescat

 

 Pour revenir en haut de page